Géographie

Le Mali, terre des céramiques Djenné, a une superficie de plus de 1.200.000 km², c'est-à-dire deux fois la superficie de la France.

Le nord et le centre sont pratiquement sahariens, arides, manquant d'eau et souffrant de façon endémique de la sécheresse. Ce sont des régions d'élevages nomades (bovins mais surtout ovins et caprins) sur lesquels repose un économie très pauvre qui souffre de l'absence de débouchés maritimes et d'un manque quasi total de ressources minérales d'importance, à l'exception de quelques gisements d'or.

Le sud, plus humide, bénéficie des travaux qui ont été engagés dans les vallées du Sénégal et du Niger : les productions agricoles y sont nombreuses : mil, riz, sorgho, arachide… et de bonne qualité. Le Mali est le deuxième producteur africain de coton, après l'Egypte.

Le Niger qui prend sa source en Guinée, traverse le Mali, baigne Bamako et Tombouctou et sert à l'irrigation des cultures.

La population du Mali approche 9 millions d'habitants, une population rurale aux trois quarts, urbaine pour le reste. Les moins de 15 ans représentent près de la moitié de la population, pays à l'extraordinaire jeunesse et à l'étonnante vitalité.

La composition éthno-linguistique du pays est à majorité Bambara-Malinke-Dioula (50%), Peul (10%), Dogon (7%), Songhaï (6%) et Tamashek (Touaregs): 4%.

Le pays, converti à l'Islam par son roi Koi Koumboro qui fait construire à Djenné sa prestigieuse mosquée en 1280, est musulman à 90%, animiste à 9%, chrétien pour 1%.

Différentes ethnies cohabitent pacifiquement : Songhaï, Peuls, Bambaras, Sarakolés, Bozos, Dogons et Mossi.